Les Espagnols ont manqué d’argile dans l’Eden. Il est difficile de revenir sur la planète Terre après Nadal, écrivent-ils

Laura

20 juin 2022 23:14

En temps normal, le football est presque une religion en Espagne, mais pas lorsque le pays situé au sud-ouest des Pyrénées est hypnotisé par le 14e titre de tennis de Rafael Nadal à Roland-Garros. Et surtout à un moment où la Furia Roja n’offrira pas un spectacle éblouissant lors du match de Ligue des Nations à Eden (2-2). “Le résultat final laissera une autre montagne de doute”, se désespère le site du journal Marca.

Jouez sur les meilleurs sites de paris sportif de 2023

Vbet Sport

Bonus

100 €

Betclic Sport

Bonus

100 €

Bwin.fr

Bonus

120 €

Netbet.fr

Bonus

100 €

Betway.fr

Bonus

100 €

Le journaliste du prestigieux journal espagnol admet qu’après le triomphe historique de Nadal à Roland Garros, il est difficile de trouver du positif dans les performances de l’équipe nationale de football.

“En retournant sur la planète Terre, tout ce qui se serait passé à Eden aurait été peu de chose. Ils seraient des grains de poussière sur l’Everest du sport mondial”, a écrit Jose Luis Hurtado.

Dans son commentaire, il avait manifestement envie de rester dans l’espace un peu plus longtemps, car il a greffé une analyse d’un match de football de la Ligue des Nations sur la quatorzième campagne victorieuse de Nadal, trente-six ans, à Paris.

“Il a été joué sans rois, présidents, mannequins, acteurs, chanteurs ou figures sportives légendaires. Pn l’absence de terre battue à Prague, le stade était en gazon et nous affrontions un adversaire qui joue sur toutes les surfaces à égalité. Mais l’Espagne a quand même resserré le bandeau dans ses cheveux pour ce nouveau match. Il attendait un rival connu pour sa volonté de renvoyer toutes les balles sans trop de risques.”

Selon Marca, c’est pourtant l’équipe locale qui a été la première à “briser le service” de l’Espagne lorsque Pesek a touché le poteau à la 5e minute. D’autre part Les stars de l’entraîneur Luis Enrique n’ont pas montré grand-chose pendant les 45 premières minutes. Les visiteurs ont conservé le ballon, combiné, mais n’ont guère eu d’occasions.

“Une triste première mi-temps a failli nous échapper. Avec mes chaussettes déjà souillées d’argile et en route pour le vestiaire pour prendre mes vitamines. Nous avons attrapé le ballon dans l’espace et Gavi l’a placé avec son pied gauche loin des gants de Vaclik”, a décrit Hurtado en parlant de l’égalisation.

L’un des tournants devait être le triple remplacement à la 61e minute qui a envoyé trois poids lourds sur le terrain : Sergio Busquets, Álvaro Morata et Marco Asensio. Et c’est le buteur du Real Madrid qui, peu après, a placé sa tentative de la tête juste à l’intérieur de la barre du but de Vaclik.

“Avec sa première frappe, il a envoyé la balle dans le bois. Les joueurs gauchers sont tout simplement imprévisibles – par exemple McEnroe, Vilas ou un certain Rafa”, le journaliste espagnol n’a pas touché à la ligne de Nadal.

Il n’a pas manqué d’apprécier le lob de parade de Jan Kuchta, mais le match en général a suscité une forte gêne chez les Espagnols. “L’Open de Prague s’est terminé par un match nul. Et le résultat final laissera une autre montagne de doutes”, a-t-il ajouté avec amertume.

Une version ridicule de l’Espagne

Les autres médias n’ont pas été aussi originaux dans leur appréciation du match, mais ils n’ont pas non plus ménagé les critiques. El País souligne que seul le but d’Iñigo Martínez à la 90e minute a sauvé les champions du monde 2010.

L’Angleterre, la France, la Croatie ou l’Espagne – ce sont les équipes qui augmentent le crédit des matches amicaux grâce au format de la Ligue des Nations. Pour les adversaires qui n’ont pas de grands noms, c’est leur moment. Ainsi, la République tchèque était la République tchèque et l’Espagne n’était qu’une version ridicule de l’Espagne”, écrit le journal.

El Mundo a introduit la couverture avec le titre “Anxiété à Prague pour ‘enriquitos'”, en jouant sur le nom de l’entraîneur Luis Enrique en référence à l’équipe nationale espagnole.

“Nous avons vu une équipe épuisée et dans une condition physique déplorable. Une équipe qui n’a pas pu faire face à l’équipe tchèque, qui a couru avec une intensité maximale et qui a démantelé l’Espagne avec deux contre-attaques.”

La plus grande critique des journalistes espagnols a cependant été dirigée vers la défense, dont la composition a été considérablement modifiée par l’entraîneur Luis Enrique. Selon EFE, le match a été entaché de deux graves erreurs individuelles, Carvajal et García ayant concédé des buts avant que ceux-ci ne soient marqués. “Nous avons mal joué et la défense était chancelante. Six mois avant la Coupe du monde, ceci est un avertissement. Les deux seuls points positifs sont la tête égalisatrice de Martínez et la performance de Gavi”, rapporte As.com.